dans Personnel

L’informatique nous fait-elle de fausses promesses ?

Hier, jeudi 1 juin 2017, est paru le strip du jour sur CommitStrip, que j’ai trouvé vraiment intéressant parce que donnant matière à réfléchir.

L’informatique ne fait-elle que nous décevoir ?

Il y a une liste de strips que j’aime bien parce que je les trouve amusants, mais celui-là est différent, parce que je le trouve très juste. Autant les autres me font rire, autant celui-là me fait réfléchir à la déception engendrée par le décalage entre ce qu’on voit sur Internet, dans les conférences, dans les talks et la réalité.

L’exemple qui me vient en tête, c’est DevOps. Plus le temps passe, plus on voit des articles, des interviews, des retours d’expérience de gens qui utilisent la philosophie DevOps au quotidien dans leur travail. Mais quand je parle aux gens autours de moi, à ce qui vivent dans la même région, eh bien c’est très différent. On n’entend plutôt dire que c’est une mode, qu’on a pas le temps, que chez nous c’est pas pareil, bla bla bla. Et du coup, DevOps reste comme un truc théorique, appliqué seulement par quelques boîtes trop cool qu’on ne croisera jamais, ou bien que dans des projets persos.

Un autre point, le software crasftmanship, qui consiste à intégrer la notion de qualité logicielle au cœur des process, permettant au développeur de délivrer du code testé, constamment amélioré et donc plus facile à maintenir et faire évoluer. De beaux principes, que j’ai tenté d’appliquer au travail avant de me voir rétorqué les arguments habituels type « pas le temps », « ça marche assez bien, donc pas besoin d’améliorer », « trop compliqué », « on a pas de test pour ça », etc. Alors j’essaye à mon niveau, mais quand on est seul et qu’on s’oppose à vous, rapidement, on se décourage.

De plus en plus apparaissent des « buzzwords » qui voient fleurir un cortège d’articles, de talks, de présentations, de vidéos mais qui semblent n’être rien plus que de la poudre aux yeux. Avant, c’était devops, le cloud, le machine learning, NodeJS, maintenant c’est blockchain, deep learning, réalité augmentée, etc. La première analogie qui me passe par l’esprit, c’est qu’on dirait juste de la came qu’on redonne à l’informaticien quand les effets de la précédente s’estompe. NodeJS c’est plus assez bien, faut utiliser Go. L’agile c’est nul, on parle d’agilité maintenant (il suffit de taper « agile is dead » sur un moteur de recherche). Dès qu’une techno s’essouffle ou que le buzz retombe, on balance tout et on file sur le super truc de la mort qui tue qu’est trop bien.

Est-ce une conséquence de notre société de consommation, du jeter dès que ça ne convient plus ? Est-ce l’orgueil du développeur qui préfère sa version, son outil, sa philosophie, sa façon de faire ? Est-ce autre chose ? Le fait est que l’informatique médiatique, les buzzs, les conférences, tout ça va de plus en plus vite et il devient de plus en plus dur pour l’informaticien avec une vie de famille, des obligations diverses ou des passions autres de se maintenir vraiment à jour. Alors oui, il y a les projets personnels, mais tout le monde n’a pas le temps ni l’envie de s’y consacrer régulièrement. Et toutes les entreprises ne sont pas des startups ultra-modernes avec 20% de temps de veille. Tout le monde n’a pas ce luxe.

L’écart semble donc se creuser, en informatique comme dans beaucoup d’autres domaines, entre une mince frange de « privilégiés » travaillant dans des boîtes cools, sur des technos à la mode, avec des challenges à la pelle, et le reste, les autres, les « défavorisés » qui luttent de plus en plus pour trouver des projets ou des technos intéressantes, autre que du CRUD en PHP ou une énième application web en C# + jQuery. Un des commentaires du strip parle même de « prolétarisation du développeur », c’est dire.

Attention, on peut travailler dans une super boîte avec des technos modernes sans vraiment de challenge excitant, et même les mecs travaillant sur les projets les plus sympas ont du code legacy à maintenir. Je dis simplement que, de plus en plus, on observe une différence et la majorité des développeurs, qui, pour beaucoup, n’ont pas le luxe d’investir chaque seconde de leur temps à la veille et aux sides projects, va se retrouver à maintenir du code legacy dans des boîtes banales au possible.

Et toi, qu’en pense-tu ?

Laisser un commentaire