dans Littérature informatique

The Pragmatic Programmer

Il y a de cela quelques mois que l’on m’a prêté ce livre de David Thomas et Andrew Hunt sans que je ne prenne vraiment le temps de le lire. Mais cette fois, c’est décidé, je m’y mets sérieusement. Et afin de rendre cette lecture utile et efficace, j’ai décidé de m’en faire un résumé pour en sortir les points principaux. Mais pourquoi n’en ferais-je pas alors profiter les autres ?

Couverture du livre The Pragmatic Programmer.

Tout d’abord, commençons par le commencement : que veux dire le terme pragmatique ? Selon une définition, quelqu’un de pragmatique considère la valeur pratique des choses et expérimente. Cette définition s’oppose à celle de théoricien. Un programmeur faisant preuve de pragmatisme est donc bien aux faits de la réalité du métier et de la pratique au quotidien du développement.

  • Il adopte tôt et s’adapte rapidement à de nouvelles technologies, tant par son instinct technologique que par son goût d’essayer et de découvrir.
  • Il est curieux et pose de nombreuses questions pour comprendre, être sûr, apprendre. On pourrait même dire qu’il est pointilleux tant il s’intéresse aux détails.
  • Il réfléchit mais de façon critique, n’aime pas les réponses du genre « c’est comme ça » et n’est pas naïf pour croire qu’une technologie, un langage ou un système résoudra tous ses problèmes.
  • Il est réaliste. Il arrive assez bien à estimer la difficulté d’un projet, ce qui lui permet de ne pas se décourager quand surviennent les difficultés, car il est certain qu’elles arriveront.
  • Il reste ouvert en essayant d’être familier avec le plus large panel de technologies et environnements, ce qui lui permet d’intégrer rapidement de nouvelles notions qui le rendent vite efficaces sur de nouveaux domaines.

Enfin, selon les auteurs, que j’approuve à 200% sur ce point, un programmeur pragmatique se soucie vraiment de son travail dans une volonté de le faire du mieux possible. L’avis des auteurs est qu’il est inutile d’être développeur si l’on ne se soucie de bien faire son travail. D’ailleurs, pour ça, il ne cesse de réfléchir à ce qu’il fait, non seulement pour bien faire maintenant, mais pour toujours continuer à bien faire dans le futur.

Cette introduction vous a mis en appétit ? Très bien, car plusieurs articles suivront pour détailler les idées et suggestions de ce superbe livre. Enfin, pour conclure, sachez que je ne fais qu’un résumé et ne prétends absolument pas m’attribuer les mérites de ce livre ni même porter préjudice aux auteurs ou à Addison Weslay.

Thanks Andy and Dave for such great book ; thanks Addison Weslay for publishing it !

Laisser un commentaire